Bureau de Moscou : +7 499 705 65 58
voyage@carelie.ru

Carélie

Culture carélienne

Peuples de Carélie

Les caréliens ont donné leur nom à la Carélie. On ne sait pas grande chose sur leurs origines, mais ils se sont installés depuis de nombreux siècles sur ce territoire. Ils ont pu vivre ici, en profitant de la nature tout en la respectant. Leur langue, le carélien est une langue finno-ougrienne et s’écrit avec l’alphabet latin. Ce peuple habite principalement en Carélie et en Finlande. Ils sont cependant beaucoup moins nombreux que les russes. Ces derniers représentent plus des trois-quarts de la population de la Carélie. Les russes sont présents dans cette région depuis déjà plusieurs siècles, et ont progressivement augmenté leur domination.

Originaire de la région, les vepses ne sont plus que quelques milliers. Ils continuent cependant de parler leur langue et de conserver leur culture. Comme souvent en Russie, les communautés ukrainiennes et biélorusses sont importantes. La proximité avec la Finlande implique aussi que de nombreux finnois habitent en Carélie.

Traditions en Carélie

Plusieurs fêtes célèbrent le passage d’une saison à une autre. Tchacha Oukko marque par exemple le début de l’été, après les semailles de Printemps. Le Dien Kegri annonce le passage à l’automne avec le début du traitement de la laine. Ivanov Dien est une fête qui a lieu au milieu de l’été. La tradition veut qu’on allume de grands feux pendant la nuit et qu’on y jette les vieux objets inutilisés. Ces traditions ont souvent des origines très lointaines, et sont parfois associées à la mythologie carélienne. Les fêtes païennes et religieuses se mélangent. Celles-ci permettent de renforcer les liens dans les communautés et d’améliorer la communication entre des villages qui sont souvent éloignés les uns des autres.

Les finnois et les caréliens partagent de nombreuses traditions comme les chants runiques et les habits folkloriques. La famille est très importante en Carélie, dès le plus jeune les parents transmettent à leurs enfants leurs savoir-faire (broderie, travail du bois, pêche). Les maisons sont traditionnellement en bois, et lors de leurs constructions, on les protège des mauvais esprits et des ennemis en effectuant divers rites. Pendant la période de noël, la coutume veut que l’on récolte les petites branches qui serviront à confectionner les balais utilisés dans les bains russes pour se fouetter.

Religions

L’orthodoxie est la religion principale en Carélie. En 1227, alors que la Carélie fait partie de la République de Novgorod, les habitants sont baptisés et deviennent orthodoxes. Du fait de la proximité de la région avec la Finlande et l’Europe, il existe aussi plusieurs communautés protestantes et catholiques.

Cuisine carélienne

Les poissons occupent une place importante dans l’alimentation des caréliens. Provenant des lacs, rivières et de la mer Blanche, ils peuvent être préparés de manières assez variées (frais, séchés, salés). Un des plats les plus populaires de Carélie est le Kalarouokka. C’est une soupe de poisson dans laquelle on rajoute souvent du lait et parfois du pain.
La viande est beaucoup moins courante dans les assiettes caréliennes, on en mange plus fréquemment en hiver. Les produits laitiers sont très utilisés dans la cuisine carélienne. On prépare notamment de délicieux blinis avec lesquels on peut déguster des baies cueillies dans les bois. Le pain est évidemment un aliment incontournable. Il est généralement fait à partir de farine de seigle, d’avoine ou d’orge.

Les Kalitki accompagnent parfaitement les viandes ou poissons. Ce plat traditionnel carélien est une sorte de tarte (d’ou son surnom de tartes caréliennes) faite avec une pâte de seigle et garnie au milieu de pommes de terre, d’une bouillie d’orge, ou de riz au lait.

Artisanat en Carélie

Les habitants de la Carélie se servent de la richesse de la nature pour fabriquer de nombreux objets. Ils travaillent le bois et l’écorce du bouleau pour sculpter et fabriquer des objets décoratifs. Des techniques spécifiques de peinture sur bois se sont transmises de génération en génération. La vannerie est un art courant en Carélie. Avec différentes fibres végétales, on tisse des paniers qui sont utilisés pour la cueillette des baies dans les bois. Les caréliens fabriquent également des poupées avec de l’écorce, de la paille et du fil.

La Carélie est aussi connue pour ses produits artisanaux de broderie, de dentelle et de couture, avec d’anciennes techniques de tissage. On utilise parfois du fil d’or et des perles pour la broderie. La nature (fleurs et animaux) est le thème le plus populaire.

La Carélie a également conservé d’anciennes méthodes traditionnelles de poterie. Cette activité remonterait à l’époque néolithique d’après des fouilles archéologiques. Aujourd’hui, ces produits se trouvent facilement dans la région, tout comme les céramiques.

Contes et légendes

La mythologie carélienne est étroitement liée à la mythologie finnoise. Dans ces croyances païennes, on croise souvent des sorciers et des shamans, des histoires de sacrifice et de malédiction. Dans la mythologie finnoise, on trouve de nombreux dieux, pour chaque force et éléments de la nature. Ukko, le dieu du ciel est le plus important. Du fait de leur étroite relation avec l’eau, les caréliens vénéraient aussi Ahti, le dieu de la mer et de la pêche.

Plusieurs des mythes et légendes de Carélie sont raconté par Elias Lönnrot dans le Kalevala. Dans ce livre finlandais du 19eme siècle, il raconte les aventures de plusieurs héros dont le barde et magicien Väinämöinen qui vivaient en Carélie et en Finlande. C’est en fait un recueil d’histoires qui ont été transmises oralement depuis des générations dans les campagnes de ces régions.

Les parents racontent souvent des histoires folkloriques et des contes à leurs enfants. Kolobok est par exemple un conte que tous les enfants russes connaissent par cœur. C’est l’histoire d’une galette (Kobolok) qui s’échappe de la maison et qui rencontre plusieurs animaux auxquelles elle récite des poèmes pour ne pas être mangée. Le renard, plus malin que le loup, le lièvre et l’ours finira par la dévorer.

Leave a Reply